Le COMPAS-DIRECT, un héritage sacré!

Publié le par Tilou

25 Juillet 1955-25 Juillet 2008 déjà 53 ans d'existence pour notre Compas Direct. Durant ces 53 années, ce rythme a beaucoup progressé et le compas joué de nos jours, assez différent de celui qu’offrait l'orchestre de Nemours Jean-Baptiste a une histoire assez riche.

Histoire surtout marquée par les talents, les capriaces ou les frasques de nos chanteurs. Des noms comme Cubano, Shoubou, Douby, Emmanuel Jean Baptiste « Ti Manno », Bénito, Leroy, Gracia Delva, Eric Charles et Alan Cavé sont, parmi tant d'autres, à jamais gravés dans la mémoire des mélomanes.

Le Compas Direct résulte du travail d'un musicien haïtien, Nemours Jean-Baptiste, qui vit le jour le 2 février 1918 à Port-au-Prince. Pour gagner sa vie, Nemours, durant les années 30-40 prit son bâton de pèlerin, parcourant le sud du pays, principalement la ville des Cayes en jouant de la musique sur son banjo.

Revenant de Saut-d'Eau, il l'inspiration d'adapter un rythme joué à l'époque par les troubadours du pays pour en faire le compas. Il aurait à Saut-d'Eau même, selon Thony Louis-Charles dans son livre «Le Compas Direct», déclaré à son Compère Sicot: «Monchè Sicot, avèk mizik sa a, nou kab fè yon bagay!».

Depuis, le compas est entré dans nos mœurs, fait partie de notre culture. Combien d'Haïtiens peuvent affirmer n'avoir jamais eu de rapport avec le Compas?

Ses détracteurs avancent que ce n'est qu'une déformation du fandon dominicain que Nemours ne serait pas parvenu à jouer. Certains lui reprochent de faire de l'ombre à nos rythmes ancestraux.

Thony Louis-Charles, cependant, pensent que le Compas découle plutôt d'une méringue dansée sur l'île d'Haïti «bien avant le Traité de Ryswick de 1697» qui aboutit aux deux républiques.

De toute façon, quelle que puisse être son origine, le Compas reste à ce jour le fruit du travail d'un haïtien ayant profité au plus grand nombre. (Mis à part, bien entendu, l'indépendance d'Haïti). Et pour son utilisation de nos jours par toutes les classes sociales, par toutes les religions, par toutes les tranches d'âges; pour sa pratique à travers tout le pays, cet héritage sacré qu'est le Compas-Direct mérite bien d'être considéré comme notre rythme national.

CaptainSam et Tilou

Publié dans Musique-Histoire

Commenter cet article

capitainesam 25/07/2008 12:10

Merci Nemours